Interview entrepreneuse

Entreprendre : est-ce fait pour moi ?

Vouloir entreprendre et créer son entreprise, ça t’a peut être traversé l’esprit à un moment ou à un autre ?

Moi j’ai eu cette idée dès le début de mes études en communication. Et je l’avoue, ça ne m’a jamais quitté ensuite. Alors, après mes 5 années d’études, et une recherche d’emploi infructueuse : je me suis lancée dans le grand bain !

Mais même si cette idée ne te lâche pas, il y a forcément une part de toi qui te dit « Non, entreprendre ce n’est pas pour toi. Sois raisonnable« . Mais est-ce que c’est raisonnable de laisser de côté un rêve, une ambition, un mode de vie, juste par peur de se jeter dans l’inconnu ?

Alors, ne te demande pas si entreprendre c’est fait pour toi ou non. Prend la décision de te lancer, et fais en sorte de créer l’entreprise qui te ressemble à 100%. C’est le meilleur conseil que je puisse te donner 🙂

 

Aujourd’hui cet article est un peu spécial, car j’ai mis à contribution mes copines-partenaires-entrepreneuses, pour qu’elle te parle un peu de leur parcours, leur motivations, leur préparations… Je suis persuadée que leur expériences seront bien plus instructive pour toi que tout mon blabla! Je leur laisse donc la parole et j’espère que cette interview va te plaire, et te faire dire « allez, c’est parti, je me lance !« .

 

Pour quelles raisons peut-on avoir envie d’entreprendre ?

A quel moment de ta vie as-tu eu envie d’être à ton compte ? 

 

Jade, brand designer pour les entrepreneuses du mieux-être et de la création : J’avais 20 ans lorsque l’envie m’est venue la toute première fois ; j’étais alors en troisième année de licence d’information et communication et je venais d’effectuer un stage chez un micro-entrepreneur dans le web. C’est là que j’ai pu voir ce que c’était que d’être freelance, j’ai découvert le statut de micro-entrepreneur et la liberté qu’il permettait. J’ai adoré l’idée ! M’est alors venu en tête de poursuivre mes études en Master de design graphique et de fonder mon entreprise en parallèle ! J’ai commencé à réellement travailler dessus en janvier 2018. La vie a décidé que je ne poursuivrais pas mes études… Alors qu’à cela ne tienne, j’ai quand même lancé mon entreprise ! Et ce en août 2018. Créa’Chouette est née à ce moment-là. Tout s’est déroulé de façon très fluide.

 

Angélique, graphiste solaire : Auparavant jamais je n’aurais pensé qu’un jour je serais auto-entrepreneuse ! Il aura fallu un licenciement (la boite où j’étais salariée pendant 15 ans a fermé ses portes), une remise en question, une réorientation professionnelle pour que je me dise : c’est soit je me lance soit je reviens à mon ancien métier (ce dont je n’avais plus du tout envie !).
J’ai donc choisi de me lancer et 1 an plus tard je me félicite de l’avoir fait… Bien sûr c’est du stress, de la gestion de temps quand on a 3 enfants mais le dimanche soir j’ai hâte d’être au lundi pour pouvoir travailler, chose qui ne m’était jamais arrivé avant ! C’est aussi la satisfaction de faire un métier que j’adore et de pouvoir aider toutes ces entrepreneuses fabuleuses !

 

Laetitia, créatrice de sites web pour projets éthiques : J’ai toujours eu envie d’être entrepreneure et j’ai même tenté l’aventure 2 fois avant celle-ci mais ces 2 fois n’ont pas fonctionné car je le faisais surement pour les mauvaises raisons et sans réelle préparation de mon projet. C’est en fin de formation pour apprendre le métier de développeur web que m’est venu l’envie pour la 3ème fois d’entreprendre, mais cette fois-ci avec la passion de mon métier et l’envie de « liberté », et ça change tout.

 

Noémie, créatrice de sites web : Mon envie est venue à deux moments de ma vie.  J’avais fait des études où je ne trouvais aucun débouché et je sentais que ce n’était quand même pas pour moi. Cette idée a germé à la fin de mon BTS et puis, comme je commençais à être dans une démarche de liberté et de passion, je me renseignais beaucoup sur l’entreprenariat même si je n’osais pas aller plus loin par peur des autres, de me planter en beauté. Ce projet est revenu après mon échec dans une école de commerce. J’ai fait une dépression, je ne savais plus ce que je voulais faire de ma vie et rien ne me faisait envie. Le projet d’entreprendre est revenu à ce moment là, car je voulais faire quelque chose que je choisissais vraiment, je voulais essayer et voir où ça me mènerais.

 

 

Qu’est ce qui t’as poussé à te lancer ?

 

Alexia, graphiste intuitive pour les entrepreneurs du bien être : Après mon BTS j’ai décidé de me lancer dans le monde du travail. Malheureusement, on offre très peu de chance aux jeunes diplômés… après plusieurs échecs je me suis remise en question. Le bouche à oreille a fait qu’on m’a proposé des missions de graphisme, mais ce n’était jamais officiel comme je n’étais pas à mon compte ! Ce qui m’a fait réfléchir pendant plusieurs mois, et j’ai finalement décidé de me lancer ! Je n’y voyais que des avantages : si personne ne me donne ma chance, je vais me la donner moi-même !

 

Audrey, graphiste webdesigner : Avant de me lancer à mon compte j’ai travaillé en tant que graphiste salariée pendant environ 5 ans. La stabilité qu’offrait le salariat me convenait bien à cette époque, et globalement les projets qui m’étaient confiés étaient intéressants. Puis l’été dernier j’ai appris que l’entreprise ne pourrait pas me garder. Ça a été pour moi l’élément déclencheur ! J’avais acquis l’expérience et la confiance en moi pour pouvoir poursuivre en indépendante. Et puis surtout, c’était l’occasion de donner enfin du sens à ce que je faisais, et de créer une entreprise en accord avec les valeurs qui me sont chères (l’honnêteté, le respect de l’environnement, la simplicité, l’authenticité…). Aujourd’hui je ne regrette pas de m’être lancée, bien au contraire ! Mon entreprise me ressemble et c’est un vrai bonheur d’accompagner mes clients dans leur projet.

 

Justine, brand et web designer : J’ai fait mes études dans la communication et l’audiovisuel mais en sortant je ne me suis pas lancée à mon compte. J’avais pourtant quelques demandes mais je crois que je ne me sentais pas légitime. Et j’avais aussi un rêve à réaliser avant de me lancer dans le grand bain. Mais après des années de salariat, j’ai commencé à ressentir des injustices, des frustrations dans le fonctionnement en entreprise. Je ne supportais plus de devoir faire un travail qui n’était pas aligné à mes valeurs et où on nous demandait toujours plus pour toujours moins. Je voulais pouvoir faire les choses à ma manière, sans devoir me bafouer. Et puis l’idée trottait depuis pas mal de temps dans ma tête. Et c’est naturellement, après la fin d’un cdd que je me suis lancée. Il était temps que je vole de mes propres ailes et fasse les choses à ma manière, avec toute la liberté et la passion que procure l’entrepreneuriat.

 

Noémie, créatrice de sites web : La petite flamme de la liberté et de la passion ! Je voulais me sentir plus utile que trier de la paperasse dans un bureau. Ca ne me faisait pas vibrer. J’ai toujours aimé l’univers du web, c’est là où je me sentais le mieux et j’avais envie d’écouter ma petite voix qui me disait d’essayer. Mais je pense que ce qui a vraiment concrétisé les choses, c’était une personne. Je m’étais inscrite sur des groupes d’entrepreneurs et j’expliquais mon projet. Dans ma tête, c’était « Je me lancerais un jour… ». Vous voyez, ce fameux jour qui n’arrive pas ? ^^  Mais quand une personne est venue me voir pour que je lui construise son site, ça a bien accéléré les choses ! J’ai vu ça comme un signe d’arrêter de repousser, et go !

 

 

Comment peut-on savoir si on est prêt pour entreprendre ?

As-tu eu des doutes et des peurs avant de te lancer ?

 

Angélique, graphiste : Oui évidemment, on passe par la phase syndrome de l’imposteur, la peur de ne pas se sentir légitime. Mais pour moi la plus grosse peur c’était d’échouer, de ne pas trouver de clients et de devoir retrouver un boulot “alimentaire” et retourner dans mon ancien métier (j’étais dessinatrice en DAO : c’est à dire je réalisais des plans de maison de A à Z, en passant par le chiffrage).

 

Marthe, brand designer et consultante en communication végétale : Ma principale peur au moment de me lancer, c’était surtout de ne pas savoir « comment faire » ! J’ai vite compris en essayant de trouver des réponses à mes questions, qu’être entrepreneur c’est être un peu seul, administrativement parlant. Je sortais du salariat, avec l’habitude d’avoir une entité pour répondre à mes questions (RH, patron, assurance, etc) : il y avait toujours une personne qui détenait les réponses ou la marche à suivre.
En devenant entrepreneur, déjà seulement pour le devenir, cela a été un grand moment de flou, où j’avançais à tâtons. Et moi qui aime bien que les choses soient carrées et bien définies, ça m’a pas mal déstabilisé ! Et c’est ce qui me faisait le plus peur. Mais je m’y suis rapidement habituée, et puis ce n’est pas un univers opaque : on peut toujours se tourner vers d’autres entrepreneurs pour avoir des réponses 😉 . Devenir son propre patron, et de ne plus avoir de n+1, c’est le pied, mais cela s’apprend 😉

 

Noémie, créatrice de sites web : Des doutes et des peurs, j’en ai eu oui et ça fait partie de mon quotidien encore aujourd’hui ! Je pense qu’on a toujours peur à notre échelle. Quand on devient entrepreneur, on est totalement responsable de ses engagements et c’est ce qui me faisait peur. Peur de ne pas être à la hauteur, peur de décevoir et de me ridiculiser devant les « Pros ». En plus je suis autodidacte, je n’ai reçu aucune formation dans mon milieu et j’avais peur de ne pas faire assez, de me planter. Mais je me suis dit que si je n’essayais pas, je le regretterais.  Et puis je n’avais plus rien à perdre et tout à gagner.

 

 

Comment t’es tu préparée à créer ton entreprise ?

 

Jade, brand designer  : J’ai lu beaucoup de livres. Etant graphiste, j’ai surtout lu celui-ci qui m’a énormément aidée : « Le nouveau guide du graphiste indépendant » de Christelle Capo-Chichi. J’étais également dans un groupe d’entrepreneuses sur Facebook, dans lequel j’ai pu poser tout un tas de questions, m’entourer, bénéficier de beaucoup d’aide. En parallèle j’ai lu beaucoup d’articles sur Internet sur tous les sujets possibles pour me préparer au mieux : gestion de contrat, comptabilité, administratif, stratégie, communication, site web, etc. En fait, le fait est que si j’ai été aussi bien préparée, c’est parce que j’ai osé poser mes questions, même si elles semblaient « bêtes ». Il n’y a pas de question bête il y aura toujours quelqu’un pour vous répondre ! Alors j’ai fait des erreurs bien évidemment, on en fait tous : mais c’est OK, ça fait partie du chemin :wink: Quand je me suis lancée, j’ai eu la chance de m’entourer de deux graphistes qui commençaient elles aussi ; on a toutes trois échangé pendant des mois ce qui a été d’un très grand soutien pour moi. Je n’ai jamais été seule, c’est ainsi que je me suis préparée.

 

Laetitia, créatrice de sites web : Je ne m’y suis pas vraiment préparée. Je savais ce que je voulais faire, mais sans avoir défini ma cible à ce moment-là. Je me suis lancée, j’ai créé mon entreprise et me suis installée sur les réseaux sociaux. J’ai perdu énormément de temps à définir mes offres, fixer mes prix et savoir qui je voulais aider du fait que je n’avais pas préparer mon projet mais je me suis entourée des bonnes personnes et je n’ai pas hésité à me former à l’entrepreneuriat.

 

Alexia, graphiste : J’ai dans un premier temps commencé par lire beaucoup d’articles de blog, mais bien que très intéressants ils parlaient de monter son business de façon générale et je ne voyais rien de très pratique pour mon cas ! J’ai donc acheté un livre « profession graphiste indépendant » de Julien Maya et Éric Delamarre qui m’a beaucoup aidé et continue encore, c’est comme une bible ! J’ai également écouté pas mal de podcasts. Toutes les infos que j’avais je les notais sur un carnet, de façon à retrouver toutes les infos utiles rapidement. Puis je me suis lancée ! Avant d’ouvrir mon site web j’ai ouvert mon compte Instagram, et commencé à produire du contenu. Puis quand une petite communauté s’est formée j’ai montré au grand jour mon site ! Qui a beaucoup évolué depuis

 

Noémie, créatrice de sites web : Je n’avais pas de préparation spéciale. Je me suis juste renseignée sur le côté administratif car je ne voulais pas faire de bêtises et être sûre de mon coup. Je me suis surtout informée sur internet car il y a plein de ressources pour démarrer. Je regardais déjà par plaisir aussi des articles d’autres entrepreneurs pour me booster. J’avais envie d’avoir cet espoir que c’était possible pour moi. C’était surtout l’état d’esprit que j’ai bossé.

 

 

Quels sont les traits de caractère de l’entrepreneur selon toi ?

 

Audrey, graphiste webdesigner : Chaque entrepreneur est différent et il n’y a pas forcément de règles pour réussir. Mais je citerais quand même 3 traits de caractère qui me paraissent importants :
D’abord la persévérance, car nous n’avons pas la stabilité qu’offre un emploi salarié. Certaines périodes sont plus difficiles que d’autres, il ne faut pas baisser les bras pour autant. Au contraire, il faut toujours essayer d’aller de l’avant, garder espoir, tenter de nouvelles choses, oser… bref persévérer !
Ensuite la 2e qualité qui me semble essentielle, c’est la polyvalence. Être à son compte, c’est bien sûr maitriser son métier, mais pas que… Il faut aussi prendre en compte l’aspect commercial pour vendre ses prestations (démarchage, communication, réseautage etc.), il faut savoir gérer son entreprise (comptabilité, gestion administrative, etc.). Être entrepreneur, c’est être multi-tâches. À moins de déléguer, il faut savoir porter plusieurs casquettes : travailler pour ses clients mais aussi pour faire vivre sa propre entreprise.
Enfin, le 3e trait de caractère qui me vient à l’esprit, peut-être le plus important de tous, c’est la passion ! être passionné par ce que l’on fait, c’est ne pas rechigner à faire quelques heures supplémentaires ou travailler parfois le week-end. Je ne dis pas qu’il faut sacrifier sa vie personnelle pour autant.. Loin de là. Mais lorsqu’on est un entrepreneur passionné par son métier, travailler n’est plus une contrainte. On a plaisir à se lever le matin, à développer toujours plus ses compétences, à faire évoluer son entreprise.. bref, on a la motivation pour avancer.

 

Marthe, brand designer : Pour être entrepreneur il faut avant tout, selon moi, être curieux, polyvalent, et avoir la capacité de s’adapter rapidement et facilement à ce qu’il rencontre. Curieux, pour toujours s’informer, se former, découvrir : c’est le propre de l’auto-entreprise, être en constante évolution et se développer. Or pour développer son entreprise, il faut développer ses propres compétences car être entrepreneur c’est être sa société. La curiosité est vraiment importante 😉 Ensuite, le fait d’être polyvalent : il faut savoir (ou apprendre à) faire tout plein de choses et de corps de métier ! Comptabilité, facturation, prospection, communication, gestion de projet, relation client, community management, etc… Être entrepreneur c’est avoir plusieurs cordes à son arc. Puis, le fait de s’adapter : tu vas toujours et forcément rencontrer des situations qui vont te mettre au pied du mur, ou te sortir de ta zone de confort. C’est normal ! Le tout, c’est de réussir à rebondir, trouver la solution qui va te sortir de la situation dans laquelle tu es si elle est inconfortable, ou faire en sorte qu’elle devienne confortable. Il faut redoubler d’ingéniosité et savoir prendre du recul. Enfin, ce qui représente le plus un entrepreneur c’est la passion ! Il faut faire ce que l’on fait avec passion, car c’est le plus grand avantage de l’auto-entreprise : pouvoir y mettre tout ce que l’on aime et ce qui nous fait vibrer.

 

Justine, brand et web designer : Comme on dit, être à son compte c’est souvent les montagnes russes. On passe par des jours où on y croit tellement qu’on pourrait déplacer des montagnes et le lendemain il suffit d’un contrat en moins ou quelque chose qui nous enlève cette confiance et on pense devoir tout arrêter. Les montagnes russes je vous dis. C’est pourquoi je pense qu’un trait de caractère que doit avoir un entrepreneur c’est la persévérance. C’est normal d’avoir des périodes hautes et des périodes basses, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut abandonner. Et puis un trait de caractère qui je pense est indispensable pour pouvoir être entrepreneur et surtout qui est partagé je pense par la plupart de nous, c’est la passion. Être passionnée par ce qu’on fait c’est ce qui nous pousse à nous lever le matin et nous fait avancer. Après tout si on en est là c’est qu’on veut vivre de notre passion, de notre métier.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *