Comprendre la méthode de travail d’un graphiste

Travailler avec un graphiste implique de suivre un certain fonctionnement et des étapes qui sont en général relativement les mêmes d’un projet à un autre, mais aussi d’un graphiste à un autre. Même si chaque pro est différent et possède sa propre méthode de travail, certains points sont communs à tous. C’est ces points que je vais essayer de développer pour vous aider à mieux comprendre comment se déroule la collaboration avec un graphiste !

 

Les grandes étapes du projet

  1. Vous expliquez votre projet à votre graphiste, et il vous fait un devis

  2. Vous remplissez un cahier des charges (ou brief créatif) plus détaillé

  3. Votre graphiste commence à réfléchir au projet

  4. Vous recevez une ou plusieurs propositions

  5. Viens l’heure des allers retours de modifications

  6. Le projet est finalisé et validé !

 

 

  • A quoi sert le devis ?

Le devis que l’on vous fait vous permet deux choses : c’est tout d’abord une proposition de services, surtout dans le cas ou vous demandez ce devis sans être sur de vos besoins. Mais c’est aussi une manière de fixer certaines conditions. Une fois signé, le devis vous engage et fonctionne comme un contrat entre vous et le graphiste.

 

  • Pourquoi remplir un cahier des charges ?

Le cahier des charges, que l’on peut aussi appeler un brief, sert au graphiste à bien comprendre tout les aspects du projet, la stratégie de communication qu’il y a derrière, les contraintes, les besoins… Cela permet de renseigner le graphiste au maximum dès le début du projet, afin de limiter les questions qu’il pourrait y avoir par la suite, mais aussi d’empêcher un hors-sujet !

Les éléments à renseigner sont en général :

· Des informations sur l’entreprise (historique, activité, chiffres, concurrents…)

· Le positionnement de l’entreprise/du produit (ses valeurs, sa personnalité, sa cible…)

· La stratégie de communication et les objectifs 

· La description précise du besoin 

· Les contraintes (délais, planning, fichiers à livrer…) 

Je vous apprends ici comment remplir un cahier des charges, et je vous offre même un modèle gratuit si vous en avez besoin !

 

  • Pourquoi plusieurs propositions ?

Ce n’est peut être pas quelque chose de systématique, et personnellement ça dépend des cas et des types de projets, mais il arrive que votre graphiste vous fasse plusieurs propositions de visuels. Que ce soit pour la création de logo, de carte de visite ou tout autre projet, faire plusieurs propositions permet d’abord de pouvoir envisager plusieurs styles et univers différents. Afin d’être sur de cerner vos goûts et le style qui ira le mieux pour votre entreprise, ces propositions vous permettront aussi de vous décider et d’affiner vos choix.

 

  • Comment se passent les retours et les modifications ?

Après avoir reçu la ou les propositions de visuels de la part de votre graphiste, il est naturel que vous ayez des corrections à faire. Une couleur plus claire, une forme un peu plus à gauche, une autre police d’écriture… Parfois ce sont des petits changements très simples, mais cela peut aussi être des modifications plus importantes. Généralement, le nombre de modifications est indiqué dans le devis ou dans les conditions générales du graphiste, ce qui permet de les limiter.

 

Le processus créatif : en immersion dans la tête du graphiste (la mienne en tout cas!)

 

L’importance de s’imprégner du projet : Afin de concevoir au mieux un visuel, et par exemple le logo d’une entreprise en pleine création, il est primordial de connaitre tous les enjeux du projet sur le bout des doigts, autant que le créateur d’entreprise lui même ! Avoir le maximum d’information, notamment grâce au remplissage du cahier des charges, permet de définir au mieux les besoins et les objectifs.

La phase de réflexion : après être sur d’avoir bien compris les attentes du client, il est l’heure de commencer la recherche graphique : au crayon à papier griffonné sur le coin d’un post-it, dessiner grâce à une tablette graphique, suite à une idée en plein milieu de la nuit (ou le plus souvent juste avant de s’endormir!), directement sur un logiciel de PAO… chaque idée est bonne à prendre !

Faire une pré-sélection : après avoir imaginer un certain nombre de visuels, et les avoir « mis au propre », il faut prendre le temps de le sélectionner. Souvent, je n’aime plus du tout certaines d’entre elles, j’en retrouve d’autres, je change d’avis… Mais dans mon cas, il y en a toujours plusieurs qui m’apparaissent comme une évidence au bout de quelques jours. C’est comme ça que je sais sur quelle idée je dois travailler au maximum.

Affiner ses choix : ensuite, mes idées se précisent, s’affinent. Je sais dans quelle direction je dois partir. C’est le moment que je préféré dans la création. Je me sens presque guidée par une force supérieur, qui me dit quoi faire et comment. Et j’en arrive presque tout le temps à un résultat que j’adore.

 


Voilà un petit aperçu de mon fonctionnement, et je suppose que je ne suis pas la seule a fonctionner de cette manière. J’espère avoir pu vous apprendre des choses, peut être vous rassurer ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *